Un jeu vidéo made in Valais pour sensibiliser les jeunes patients épileptiques

EpilepSim

EpilepSim, le nouveau jeu vidéo conçu par un groupe de jeunes valaisans, vient en aide aux adolescents souffrant d’épilepsie pour mieux comprendre et appréhender leur maladie. Ce nouveau projet 100% valaisan est inédit en Suisse ! Primé lors du Défi Source en avril 2021, il a été élu meilleur projet informatique touchant à la santé par le jury. Découvrons-en davantage sur l’évolution du projet.

L’épilepsie, une pathologie invisible

L’épilepsie est un trouble neurologique causé par une activité anormale des neurones dans le cerveau. Cette décharge occasionne une perturbation des fonctions normales de l’individu. Les patients qui souffrent d’épilepsie subissent des crises dont la fréquence et la durée varient selon les personnes.

Les crises épileptiques sont imprévisibles et sont donc souvent perçues de manière angoissante par le patient et son entourage. Il est donc nécessaire de démystifier cette pathologie lors d’une consultation ou en sensibilisant le patient. L’application EpilepSim a pour vocation notamment d’être un support à cet accompagnement.

La multidisciplinarité au cœur du projet

L’équipe se compose de huit jeunes valaisans, deux titulaires d’un bachelor en informatique de gestion, un techno pédagogue, deux étudiantes en Business Team Academy, ainsi que trois étudiants en soins infirmiers à la Nursing Team Academy de la HES-SO Valais-Wallis. Cette multidisciplinarité amène une complémentarité au projet.

L’application sera déclinée selon trois publics-cibles différents : les proches aidants, les patients et les étudiants. Ainsi, chaque public-cible pourra accéder à une formation ludique et didactique sur cette pathologie répandue, mais encore méconnue.

Une projection virtuelle

L’application Epilepsim propose à chaque public-cible de participer à un jeu. Par exemple, le patient va créer son double sur l’application. Il sera invité à paramétrer son âge, son genre, ainsi que son type d’épilepsie – crise focalisée, crise généralisée, absences, convulsions, etc. – afin de configurer un personnage au plus proche de ses caractéristiques. Le joueur peut également paramétrer différents facteurs de risque tels que le stress, le manque de sommeil, la photosensibilité ou la consommation d’alcool avant de démarrer l’aventure.

Le joueur va ensuite soumettre son personnage à différentes actions quotidiennes pouvant potentiellement ou non déclencher une crise. Parmi ces activités, nous retrouvons : regarder la télévision, jouer à des jeux vidéo, lire, se promener ou encore dormir. Une jauge de sensibilité a été conçue et intégrée dans l’interface de l’application afin de permettre au patient d’observer la manière avec laquelle chaque action influence son état de santé. L’idée est de faire prendre conscience aux adolescents épileptiques de leurs limites, mais également de renforcer leurs connaissances pour améliorer leur qualité de vie.

L’objectif du jeu n’est pas de stigmatiser les risques, mais plutôt valoriser les possibilités de les éviter ou les diminuer en en prenant conscience.

Afin d’éviter de provoquer une crise en incitant les patients à passer du temps devant un écran, des critères de sécurité ont été élaborés. En effet, EpilepSim a été conçu sans image avec plus de quinze clignotements par minute, ni de couleur fluorescente, ni de stroboscope pouvant induire une crise. De plus, des conseils d’utilisation sont promulgués dès le début du jeu afin de garantir la sécurité du jeune joueur épileptique.

Un outil pédagogique et ludique

Le jeu se veut le plus fidèle possible à l’expérience des patients. Il n’entre en aucun cas en concurrence ou en remplacement d’une consultation médicale, mais davantage comme un appui positif à cet accompagnement. De plus, EpilepSim présente un avantage considérable grâce à son format. En effet, le format « jeu video » touche plus facilement et largement un public-cible relativement jeune que des brochures d’information.

À l’heure actuelle, l’application n’est pas encore sur le marché. Cependant, elle a déjà pu être testée par un panel d’étudiants. Les premiers retours, très positifs, sont prometteurs. Qui plus est, l’Association suisse de l’Epilepsie, Association Epi-suisse, soutient ce projet. Le lancement officiel du jeu est prévu pour la fin de l’année 2022.

Pour plus d’informations concernant le projet: loic.berthod@hevs.ch

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

RESTEZ AU COURANT
DES ACTUALITÉS DU SECTEUR

Proposer une actualité