L’alcool chez les jeunes : et si l’IA était la solution ?

Idiap - IA-alcool

La consommation d’alcool chez les jeunes reste un sujet de préoccupation en matière de prévention pour les responsables des politiques de santé publique. Cependant, les données tangibles sur lesquelles s’appuyer pour élaborer des stratégies efficaces sont quasi inexistantes. Jusqu’à présent, les sondages servaient de base, or ces derniers sont souvent biaisés et insuffisamment objectifs.

Pour pallier cette problématique, des chercheurs de l’Institut de recherche Idiap, basé à Martigny, ont élaboré un projet de recherche, intitulé Dusk2Dawn, soutenu par le Fonds national suisse, dont le but est de récolter des données objectives concernant la consommation d’alcool chez les jeunes. Le projet vise ainsi à lever le voile concernant le comportement nocturne en lien avec l’alcool des jeunes en Suisse.

Les objectifs de Dusk2Dawn se déclinent en 3 axes principaux :

  1. Identifier les habitudes et comprendre le rôle des espaces privés dans la vie nocturne des jeunes.
  2. Définir les activités nocturnes en se basant sur les données des capteurs, des vidéos et sur l’apprentissage automatique.
  3. Étudier les boissons consommées dans différents contextes, notamment l’exactitude de la consommation d’alcool autodéclarée, et la capacité à déduire les caractéristiques des environnements physiques à partir des photos.

Des données clés recueillies grâce à une app intelligente

Pour réaliser ces objectifs, le projet s’est articulé en deux pans. Premièrement, l’élaboration d’une application mobile, dotée d’algorithmes d’intelligence artificielle, a permis d’analyser les images et le son de vidéos enregistrées avec les smartphones de personnes volontaires. Les algorithmes ont capturé le niveau de luminosité ambiante, le niveau sonore et le nombre de personnes présentes. Cela a permis d’établir des corrélations fiables entre la consommation d’alcool et l’environnement des volontaires.

Ensuite, une approche de recherche multidisciplinaire a croisé les données riches, recueillies par de jeunes volontaires à l’aide de smartphones (via l’application) et les analyses d’algorithmes avec les estimations des participants.

Les premiers constats

Les chercheurs ont mis en lumière des premières corrélations significatives entre les mesures faites par l’application et la consommation d’alcool des jeunes. Par exemple, les jeunes consomment davantage dans des lieux privés, dans des environnements plus bruyants, plus fréquentés et plus sombres. Cette application intelligente, basée sur les capteurs du téléphone, est innovante dans le sens où elle apporte une base scientifique beaucoup plus fiable que les sondages. Elle permet, en effet, de mesurer heure par heure la quantité d’alcool que les jeunes consomment et dans quel contexte.

La combinaison de nouvelles sources de données et d’algorithmes pourrait potentiellement être utilisée par les autorités de santé publique de deux manières. La première se présente comme un complément aux méthodes traditionnelles de collecte de données sur ce sujet, à savoir les enquêtes en ligne. La deuxième façon consiste à informer les experts sur des phénomènes qui ne peuvent peut-être pas être auto-déclarés de manière précise, par exemple, le niveau de luminosité d’un environnement physique. La valeur réelle de deux utilisations possibles doit, cependant, encore être validée par de futures recherches.

De l’académique au réel

« Nous serions intéressés à établir un partenariat avec les autorités locales de promotion de la santé pour évaluer la valeur des méthodes développées dans le projet, en mettant l’accent sur le passage de la recherche académique à des contextes plus réels. », nous confie le Prof. Daniel Gatica-Perez, Chef du groupe Informatique sociale à l’Institut de recherche Idiap & EPFL.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

RESTEZ AU COURANT
DES ACTUALITÉS DU SECTEUR

Proposer une actualité