Améliorer l’ambulatoire grâce aux données

Dossier médial informatisé

En collaboration avec l’Observatoire valaisan de la santé, Logival, le Réseau Delta Romandie et l’Institut et Haute école de La Source, le groupe de recherche AISLab de la HES-SO Valais a publié récemment un article dans la Revue médicale suisse présentant sa démarche pour rendre les données récoltées dans le dossier médical informatisé exploitables, dans le but de monitorer les soins en ambulatoire et d’en améliorer la qualité.

Le dossier médical informatisé (DMI) est à priori une source de données idéale pour le monitoring des soins en ambulatoire. Récoltées lors des routines de prise en charge, ces données cliniques ont le potentiel pour fournir les indicateurs nécessaires à l’évaluation des soins de santé. Cependant, comme le démontre l’article rédigé par le groupe de recherche AISLab de l’unité e-Health de la HES-SO Valais, en collaboration avec d’autres partenaires de santé cités plus haut, des conditions préalables doivent être établies pour les rendre exploitables, telles que la gestion des droits d’accès, la structuration de la saisie, la pertinence des indicateurs, etc.).

Le monitoring de la qualité des soins, une priorité pour les professionnels de santé

La faiblesse des systèmes d’information capables de surveiller la qualité des soins et de produire des indicateurs pertinents, spécifiquement dans le secteur de l’ambulatoire a été pointé du doigt dans le rapport national de la qualité des soins. La Fédération des médecins suisses (FMH) souhaite également pouvoir garantir la qualité des soins et met l’accent sur l’ensemble des démarches allant dans ce sens. Le label « responsible pratice FMH » ou le prix Innovation Qualité en sont quelques exemples concrets.

Grâce aux données récoltées dans le dossier médical informatisé (DMI), les professionnels de santé ont la capacité de monitorer la qualité des soins en ambulatoire. La clé de la mise en place de ce processus réside dans le développement d’une véritable stratégie de veille : de la saisie de la donnée à la diffusion de l’information aux cliniciens.

Les auteurs de l’article publié dans RevMed ont utilisé les cas pratiques de l’hypertension et du diabète pour illustrer l’utilisation de ces données.

Lire l’article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

RESTEZ AU COURANT
DES ACTUALITÉS DU SECTEUR

Proposer une actualité